Chauffage électrique

Bonjour à tous,

Ce weekend s’est tenu sur le circuit de Nogaro dans le Gers la 3° manche de la Lamera Cup 2017.

Cette manche a été très contrastée pour nous puisque nos 2 autos ont connu des fortunes fort diverses, nous avions un équipage familial débutant dans la 31 qui a connu un weekend quasi parfait en obtenant 2 podiums en 2 courses, quand à la 12, son équipage à été contraint de la regarder dans le stand une grande partie du weekend à cause de problèmes électriques.

Mais commençons par le commencement, le Vendredi TTM à organisé un track day permettant aux débutants de découvrir l’auto et la piste, nous avons donc eu le plaisir d’accueillir Jérôme et Jean-Michel Rebilly, accompagnés de leur cousin Jean-Baptiste Lamontagne qui ont une belle expérience en rallye mais qui n’ont jamais fait AUCUNE course sur piste….beau challenge pour eux et pour nous.

Une fois évacuées les quelques plaisanteries sur le fait que les bacs à gravier ne font PAS partie d’une spéciale et qu’il faut les éviter le roulage commence sans aucun souci, les trajectoires sont différentes, la conduite est différente, la position est différente, en bref il n’y a pas grand chose de commun mais les débutants se comportent idéalement, les tours s’enchaînent, les temps tombent et la confiance monte lentement.

Du coté de la 12 le vendredi nous sert à comprendre pourquoi notre boite de vitesse qui revient de révision chez TTM pour un coût correspondant à 80% du prix d’une boite neuve (!) refuse toujours de passer de 2 en 3, nous allons passer la journée la dessus en changeant les programmations du boitier moteur, puis vérifier le vérin et sa connectique, puis le réglage de biellette, puis tout le reste avant de découvrir que le potentiomètre de boite qui informe le calculateur moteur du rapport engagé ne fonctionne pas…..de temps en temps…

Nous avons du changer le faisceau moteur de l’auto car le connecteur qui nous manquait pour remonter le vieux que nous devions recevoir à l’atelier a été posté par erreur au circuit directement et nous n’avons pas voulu prendre de risque en remontant mal ce connecteur….funeste erreur !!!

Le vendredi se termine donc de la meilleure manière pour la 31, aucun problème n’est à signaler sur l’auto, les pilotes sont ravis et seule la caméra arrière donne des signes de fatigue.

Les pilotes de la 12 sont frustrés de leur journée mais optimistes pour le lendemain, après tout l’ensemble des faisceaux sont neufs et le problème de boite est en voie de résolution, la vitesse de l’auto et de l’équipage ou Jérémy Sarhy qui court à Spa à été remplacé ce weekend par Frédéric Mallon qui n’avait lui pas pu venir à Spa est confiant en ses chances.

Le samedi matin changement de climat, quelqu’un à laissé le radiateur à fond et au bout de 2 heures de soleil il fait déjà plus de 28°, la piste est de son coté à 45° et les autos commencent a souffrir de la chaleur.

TTM a amené à Spa en test un nouvel échangeur d’air qui n’a pas donné satisfaction, ils ont modifié leur système avec quelques pièces rapportées et il semble donner de bien meilleurs résultats, nous les installons donc sur la 12 mais le délai de parc fermé nous empêche de l’installer sur la 31 avant le soir.

Au bout d’une heure d’essais libres le problème de boite de la 12 est bel est bien réglé, nous attaquons les qualifs avec optimisme mais soudain des coupures moteurs viennent perturber cette session.

Nos pilotes ne pourront faire mieux que 4 et 5 au général, la 31 de son coté s’en sort très bien en catégorie Gentleman en se classant 2 et 3°….

Nous n’aurons qu’une heure aux stands entre la fin des essais et le départ de la course et nous ne trouvons pas le problème de coupures moteur sur la 12, nous devons donc prendre le départ de la course en sachant que le moteur va couper 2-3 fois par tour, c’est inacceptable mais le pire est encore à venir.

La 67 qui part en pole rate totalement son départ, nous nous retrouvons avant le premier virage derrière la 38 quand soudain la 67 freine 15 mètres trop tard, rate la corde, ne tourne pas et vient se trouver juste devant la 38, le pauvre Alban Varutti qui a pris le départ dans la 38 saute sur les freins, Nicolas dans la 12 ne peut l’éviter et l’envoie en tête à queue, pendant ce temps la juste derrière la 1 sort la 44 dans le 2° virage sans que personne ne dise rien.

2 tours plus tard la 12 doit rentrer, radiateur percé, nous changeons celui ci, remontons le tout et repartons mais le mal est fait, il est impossible de faire redescendre la température sous les 100° ce qui fait monter la pression dans le circuit et empêche son refroidissement, nous devrons purger le circuit plusieurs fois et la 12 finira dernière…

De son coté la 31 enchaîne les tours sans aucun problème, les pilotes sont de plus en plus en confiance, les ravitaillements se passent de mieux en mieux, nous nous battons avec la 29 à qui nous prenons 20 secondes dans les stands à chaque ravitaillement pour perdre 20 secondes à chaque relais sur la piste…autant dire que l’écart reste constant, la 4 de son coté reste en tête alors qu’elle aurait du être pénalisée pour avoir accroché la 14 lors du départ mais cela aussi est passé inaperçu, comme pour la 1 la chance semble leur sourire.

Les pilotes de la 31 commencent a croire qu’ils peuvent obtenir un bon résultat sur cette course, nous leur expliquons qu’il doivent avant tout rester sur la piste, ne pas faire d’erreur car ils sont 3° en catégorie Gentleman, ce qui est déjà inespéré pour des pilotes qui découvrent non seulement l’auto, mais également le circuit de Nogaro et les courses en peloton.

Il vont faire une magnifique fin de course et lorsque la 47 connait un problème en fin de course ils passent 2° et termineront sur cette belle place, première course, premier podium pour eux, pas mal !!!

L’organisateur ayant décidé de limiter le parc fermé à 2 heures nous aurons à peine le temps de faire l’entretien standard de nos autos et pas assez de temps pour nous pencher sur le problème de coupures moteur de la 12 surtout que le faisceau volant perd les pédales au moment ou nous rentrons l’auto dans le parc fermé….

La soirée de samedi qui devait être calme pour que les mécaniciens puissent dormir sera quand même animée car TTM à invité l’ensemble des équipes à un repas suivi d’un karaoké, nos pilotes débutants ne sont pas préparés à ce genre d’événement et quand les mécanos de chez RKM ont un interprétation très personnelle de certains standards français des années 80 la bonne humeur ambiante nous fait du bien après une journée difficile.

Le lendemain matin nous récupérons les autos 15 minutes avant la mise en grille et nous devons réparer ce maudit faisceau volant, nos mécanos font ça en 8 minutes et nous sommes à l’heure, mais toujours avec ces satanées coupures moteur…..

Le 2° départ se passe sans encombres mais le pare choc arrière de la 12 est endommagé, la direction de course nous force à rentrer avant le premier relais pour arracher le morceau qui pend et qui risque de se détacher selon eux ce qui pourrait être dangereux s’il vient percuter une autre auto….gardons cela à l’esprit pour plus tard….

Nous rentrons la 12 dans le box pour essayer de solutionner ce problème de coupures moteur, nous changeons un à un tous les organes mécaniques en rapport avec le système électrique et au bout de 5 ou 5 arrêts Sylvain de chez TTM vient nous aider, il indique que le problème de faisceau de la 41 a été causé par le dénudage d’un fil sur la culasse à cause de frottements dus au fait que le faisceau a été modifié et ne peut pas être monté comme l’ancien, nous regardons dans ce sens et bien sur un fil est dénudé, vient toucher la culasse et met un +5V à la masse…un coup de scotch isolant, un bout de tuyau fendu pour protéger ce fil et nous repartons…..avec 30 tours de retard, autant dire que la course est finie pour la 12.

Pendant ce temps de l’autre coté du garage tout se passe bien les Rebilly (qui en plus sont jumeaux ce qui ne facilite pas les conversations avec eux) profitent de cette course pour s’améliorer mais le font de manière très réfléchie sans faire d’erreur malgré la chaleur qui rend la concentration de plus en plus difficile. Jean-Baptiste est le plus rapide des 3 et guide ses cousins qui se disent que s’il peut rouler un peu plus vite qu’eux il reste de la marge et améliorent leurs tours tout au long de la journée.

A 2 heures de la fin de la course la 4 est en tête, la 29 est 2° et la 31 3° en Gentlemen quand la 4 ne passe plus, apparemment elle à tapé et ne peut plus démarrer, nous voyons son avance fondre et elle passe de 7 tours d’avance sur nous à 6 tours de retard.

Il semblerait que la 4 ait tapé dans la 67 qui a son pare choc arrière arraché, mais bizarrement cette fois la direction de course leur laissera passer plus de 14 minutes en piste jusqu’au ravitaillement pour réparer ce pare choc volant, il devait sans doute être moins dangereux que le notre….

Les voisins de la 29 passent donc en tête et vu que 2 de ses pilotes ont roulé chez nous en début d’année les plaisanteries vont bon train, le tout dans un excellent esprit, comme la veille nous leur reprenons beaucoup de temps dans les stands mais ils sont un peu plus rapides que nous sur la piste, ils ont 2 tours d’avance et gardent cet écart sans faire de faute.

La course se termine sous une chaleur infernale, la piste est à près de 60°, les pilotes souffrent, les autos également, la 12 termine 17°, à peine mieux que la veille, et la 31 empoche une splendide 2° place, une fois de plus.

Pour un coup d’essai les pilotes de la 31 ont fait très fort et ils seront chaleureusement félicités par certains de leurs collègues pilotes lorsqu’ils apprennent que c’est leur première expérience sur circuit…

Nous espérons les revoir très vite et les félicitions encore de leur approche parfaite de la Lamera.

Pour la 12 TTM nous a demandé de démonter le faisceau moteur neuf que nous avons monté le vendredi soir et de leur renvoyer pour réparation et modification, nous allons leur renvoyer tout ça et contrôler le remontage de manière très stricte pour être surs que la course de Castellet se déroulera sur la piste et non pas dans les stands.

Nous tenons a remercier ici les pilotes de la 12 qui ont su faire preuve d’un très bon esprit malgré des circonstances de course désastreuses, on va y arriver ensemble et la revanche n’en sera que plus belle.

Bonne journée à tous

 

 

Salade Gersoise

Bonjour à tous,

Le weekend prochain va se dérouler sur le circuit de Nogaro la 3° manche de la Lamera Cup 2017.

Quelques changements sont à noter chez H-Racing dans la 12  pour cette course avec le retour de Frédéric Mallon qui a couru avec nous à Magny-Cours et qui n’a pu être présent à Spa, comme dans le même temps Jérémy Sarhy court à Spa en Clio Cup tout se combine parfaitement pour rester sur le même noyau dur de pilotes puisque Joffrey et Nicolas seront bien sur présents.

Dans la 31 c’est un équipage entièrement renouvelé qui est prévu de longue date avec la famille Rebilly qui vient découvrir la Lamera suite à une rencontre fortuite dans un endroit invraisemblable…

Nous avons également eu beaucoup de travail sur les autos depuis Spa car nous avons pu faire découvrir la Lamera a 8 nouveaux pilotes lors d’un track day au castellet, les 2 autos ont fonctionné sans problème toute la journée et lorsque certaines épouses ont voulu faire un tour en passager en fin de journée avec leurs maris qui n’ont pas tout à fait la maîtrise totale de l’auto la bonne humeur a cloturé cette belle journée sur des variations de “moi j’ai fait 1 360°” et autres “le mien s’est arrete a 180″….

L’atelier a également été très occupé en plus de la réparation du châssis de la 12 suite à la figure de la 29 qui est venue percuter ce pauvre Jérémy à 2h de la fin de la course du Dimanche car certains esprits chafouins n’ont pas trouvé de meilleure idée que porter réclamation contre nos autos pour des modifications installées PAR EUX MEMES quand ils avaient la responsabilité de l’entretien de la voiture il y a quelques années, un peu comme si le vendeur de drogue allait dénoncer les consommateurs à la police….
Mais bon, ces basses manœuvres futiles n’entament pas notre détermination et une fois le fouillis de câblage remonté dans l’auto nous sommes confiants sur la préparation mécanique de nos bolides et sur le sérieux de nos pilotes pour enfin combiner la vitesse de notre auto et la réussite qui nous fait défaut depuis le début de la saison.

Bonne journée à tous

Blagues Belges

Bonjour à tous,

Nous venons juste de rentrer d’un weekend fort riche en émotions, positives et négatives, mais commençons par le commencement.

Le circuit de Spa-Francorchamps est situé au milieu des Ardennes Belges, donc en bref ca monte et ca descend tous les 3 kilomètres, c’est un pays ou il ne fait pas bon se déplacer en vélo.

En plus de cela la météo est souvent (entendez tout le temps) imprévisible et capricieuse, comme disent les belges “On a le chauffage central dans le ciel, en hiver il pleut de l’eau froide et l’été il pleut de l’eau chaude”.

Vu le tarif de location du circuit TTM à décidé de partager l’utilisation du circuit avec les Anglais de la Caterham, leurs 200 voitures dans 5 catégories en 3 courses avec départ arrêté….une formule anglaise en quelque sorte….

Nous arrivons sans encombre jeudi soir mais notre nouveau camion ne passe pas sous le tunnel d’entrée au circuit, qu’a cela ne tienne, notre pilote de camion, Jean, va rouler sur le circuit pour accéder au paddock, il en garde un très bon souvenir pour ses grands débuts avec nous…

Le vendredi matin les pilotes sont prêts dans les 3 autos pour découvrir la piste et les tours s’enchaînent.

Dans la 31 le moteur ne donne pas satisfaction, nous essayons de localiser la cause du problème aléatoire qui embête les pilotes, en vain, le moteur fonctionne pendant 3-4 tours, puis se dégrade, mystère…

Du coté de la 16 Bruno est retenu par un problème professionnel (après tout nous sommes le vendredi) Renaldo en Andrea enchaînent les tours, nous commençons à tenter des réglages de plus en plus affinés mais l’auto n’a pas un comportement sain, le châssis semble être posé sur une boule et à beaucoup trop de mouvements. Etant donné que nous l’avons recue pour cette course nous vérifions tous les serrages qui sont bons…mystère numéro 2.

Par contre dans la 12 les 2 jeunes et le moins jeune enchaînent les tours sans problèmes, la direction assistée reste capricieuse, TTM doit nous fournir des connecteurs car pour le moment le calculateur est en mode “opération a cœur ouvert” avec les fils soudés directement dedans. Malgré ces petits soucis les temps sont bons.

A la fin des essais libres nos voitures sont P1 en élite avec la 12, P1 en Pro-Am avec la 16 et P3 en Gentleman avec la 31, tout va bien.

Le lendemain matin durant les essais chronos les pilotes de la 12 montrent leur talent en établissant les 2 poles avec 4 secondes d’avance sur les suivants en temps cumulé, la 16 décroche la pole en Pro-AM et la 31 qui revoit surgir des problèmes de moteur alors que nous avons changé le potentiomètre d’accélérateur est plus loin dans le classement.

Soudain les blagues belges commencent, TOUS les tours de la 12 lors de la première session de la première qualification sont annulés !!!

Par chance pour nous l’organisateur a installé dans notre auto une caméra, ils va donc nous être facile de prouver qu’il s’agit d’une erreur….pas en Belgique.

Notre directeur de course permanent qui nous connait bien est malheureusement soumis à l’autorité d’un directeur d’épreuve local qui ne connait ni la série, ni les participants et qui fait preuve d’une arrogance sans fin en refusant de nous montrer les vidéos du circuit qui seraient sensées prouver que notre auto à coupé la ligne, comble de la mauvaise foi digne des officiels des meilleures catégories de la FIA il refuse même de regarder notre vidéo qui prouve pourtant clairement que ce qu’il prétend est faux.

La 12 partira donc en dernière ligne alors que ses pilotes sont clairement au dessus de tous les autres.

Certains esprits mesquins dans le paddock se réjouiront de nos mésaventures, mais quand on est content de gagner parce que les autres sont injustement pénalisé, cela démontre juste le peu de valeur morale de certaines personnes.

Le départ de la course se passera sans encombres, mais bientôt les pénalités commencent à tomber sans distinction pour des franchissements de ligne de course, nos jeunes pilotes qui veulent mettre les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu sont trop agressifs et se font prendre ce qui nous cause des drive through et des stop and go.

La 16 à finalement vu arriver Bruno la veille au soir tard et roule sans accroc, le phénomène de la boule sous le châssis est toujours présent et nous sommes frustrés de ne pas pouvoir solutionner ce problème qui irrite les pilotes.

De son coté la 31 subit des problèmes moteurs de plus en plus intenses, nous rentrons l’auto, remplaçons les bougies, cela fonctionne mieux mais au bout de quelques tours le problème revient, les pilotes terminent la course, nous nous plongeons dans l’examen des données télémétriques et nous détectons un problème de pompe à essence, nous la remplaçons et espérons que les pilotes pourront enfin défendre leurs chances correctement après cette journée frustrante.

La 12 termine sa remontée permanente en 5° place, le trop grand nombre de pénalités ne nous permet pas de viser mieux, un débriefing entre pilotes permet de remettre tout à plat et d’envisager la journée du dimanche avec optimisme car nous partons en pole, les dieux de la direction de course n’ont pas osé nous annuler injustement une 2° pole.

Les pilotes de la 16 sont déçus par le comportement de leur auto, nous lâchons notre équipe de mécanos de choc qui commencent a sauter sur l’auto en écoutant le bruit des amortisseurs, l’un d’entre eux fait un bruit qui nous indique une zone morte à l’intérieur, nous avons identifié le problème mais maintenant il faut le résoudre….1 heure plus tard et après avoir demandé à tout le monde nous devons nous rendre à l’évidence, il n’y a pas d’amortisseur disponible pour tester notre théorie.

Bruno discute avec Renaldo et Andréa et ils décident de rouler comme ça le lendemain, nous allons essayer de minimiser le problème en modifiant la hauteur de caisse, nous profitons de la soirée pour installer une direction assistée fonctionnelle car le modèle d’origine de l’auto est défectueux.

Le lendemain matin après installation de nouveaux supports de pompe à essence pour mettre nos autos en conformité nous sommes prêts au départ, en attendant les anglais et leurs Caterham se disputent (version polie) ou plus exactement se mettent des peignées sauvages à base de coup de roues dans la raidillon, vendeur de pièces de suspension de Caterham doit être un métier porteur en Angleterre….

Nous sommes prêts au départ, Joffrey part en pole dans la 12, Gérard dans la 31 et Bruno dans la 16 sont prêts, la course est lancée et avant la fin du premier tour Joffrey prend un stop and go pour départ volé….depuis la pole….nous allons demander des explications et nous constatons que Joffrey n’a pas respecté les consignes du briefing en accélérant plus tôt que prévu, c’est sévère mais c’est juste.

Nous voila donc derniers après le 1° tour, comme hier…

La 31 fait un début de course très sérieux, tout fonctionne parfaitement dans l’auto, le potentiomètre d’accélérateur, les bougies et la pompe a essence étaient bien en panne et une fois tout ça changé l’auto est parfaite et les pilotes se régalent.

Soudain un Safety Car fait son apparition et Julien dans la 31 nous informe que la 16 est dans le mur, Bruno regarde anxieusement la télé car son fils Andréa conduisait l’auto et tout le monde est soulagé de le voir sortir de l’auto qui revient sur la dépanneuse 15 minutes plus tard, Andréa nous explique qu’il a fait l’extérieur à la 42 de chez TTM conduite par un amateur qui a eu l’idée de génie de s’écarter au moment ou la 16 le passe, Andréa s’est écarté encore plus, a fini par mettre les 2 roues arrières sur l’herbe et à fini dans le mur.

L’avant de l’auto n’existe plus, le faux châssis est tordu et les pilotes décident d’en rester la, dommage mais la 16 ne verra pas la ligne d’arrivée, nous allons faire réviser les amortisseurs et nous allons revenir plus forts pour la prochaine course.

La 31 fait une course parfaite, les pilotes sont contents de leur auto et ils suivent parfaitement nos recommandations de prudence sur ce circuit qui ne pardonne aucun écart, ils sont en embuscade dans leur catégorie, 5°, puis 4°, puis 3° et ils vont finir 2°, une belle récompense pour cet équipage familial qui en est seulement à sa 2° course.
La joie de Gérard qui finit la course en qui saute dans les bras de ses enfants fait plaisir a voir et réconforte tout le monde car la fin de la course de la 12 ne s’est pas passée comme prévu.

Après le départ compliqué l’auto remonte, malgré encore quelques pénalités évitables nous sommes rapidement 10°, puis 8, 6, 5, 4 et même 3° quand à une heure de la fin de la course le pilote de la 29 que Jérémy vient de doubler oublie de freiner à la source, il enfonce l’arrière droit de notre auto, tord le châssis, nous perdrons 40 minutes à réparer suite à l’interdiction données par les commissaires belges de souder une chape fissurée dans le stand.
Nous passons outre et soudons quand même pour apprendre 5 minutes plus tard qui finalement l’interdiction de souder dans les stands à été levée le matin mais les commissaires techniques n’ont pas été prévenus, une fois de plus l’organisation sportive belge est prise en flagrant délit d’incompétence, les pauvres commissaires techniques qui sont dans les stands sont laissés à l’abandon par leur hiérarchie bien au chaud en direction de course.

A noter également que le circuit n’a pas été en mesure de fournir un radar aux commissaires techniques qui doivent contrôler la vitesse en sortie des stands, les pilotes voient bien que personne ne mesure rien et passent de plus en plus vite, il y aura même un accrochage dans les stands quand le mécano de la 18 la lâche sans regarder (vu qu’il a le dos tourné) si une voiture arrive et la 49 qui arrive fait un tête à queue qui manque de faucher ses mécaniciens qui l’attendent pour le ravitaillement. La 49 repart en laissant 80 mètres de pneus et passe en drift à 1m de nos mécaniciens, le tout causé par le laxisme de la part de l’organisation technique du circuit.

Une fois la réparation faite, la 12 repart 25° et finira 20°, encore une course frustrante car nous avions clairement l’équipage le plus homogène et le plus rapide mais la jeunesse n’a pas su garder le calme de Nicolas, notre vieux briscard qui s’est arraché les cheveux (il en a BEAUCOUP d’avance) en voyant les pénalités s’accumuler.

A noter que contrairement à la direction technique désastreuse, la partie “commerciale” du circuit nous a montré ce qu’est une organisation professionnelle de top niveau, des gens attentifs, qui répondent aux demandes et attentes des équipes et qui permettront à Jean de reprendre le circuit pour sortir, cette fois à l’envers !!!

Nous allons rouler sur le circuit du Castellet dans 10 jours pour faire découvrir nos autos à des nouveaux clients, d’ici la le châssis de la 12 va s’offrir une cure de jouvence chez Mygale à Magny-Cours que nous remercions au passage pour la modification de planning qui nous permet de faire réparer notre châssis
très rapidement.

Bonne journée à tous

Classe verte

Bonjour à tous,

Comme vous le savez si vous suivez nos aventures dans 10 jours se tiendra la 2° manche de la Lamera Cup 2017 sur le prestigieux circuit de Spa Francorchamps.

Nos pilotes profiteront de cette opportunité exceptionnelle de courir sur un des plus beaux tracés au monde, pour certains d’entre eux cela ressemblera à un weekend de classe verte.

En parlant de nos pilotes quelques modifications sont venues enrichir notre quotidien plutot déjà encombré puisque l’équipage de la 23 que nous avions loué pour la course de Magny-Cours ont tellement apprécié la discipline et le service proposé par H-Racing qu’ils ont décidé sur le champ d’acheter une voiture et de continuer la saison chez nous.

Nous souhaitons donc à nouveau la bienvenue à la 16, qui après un exil dans le nord de l’Allemagne était toute contente de retrouver le soleil du sud de la France.

Cet équipage composé de la famille Poilpré (Bruno le père et Andréa le fils) et de leur ami Renaldo da Cuhna auront à cœur de confirmer les bonnes choses entrevues à Magny-Cours.

Dans la 31 l’équipage de 5 montiliens qui devait se retrouver à 4 pour cette course à finalement été intégralement reconduit, il est toujours compliqué d’arrêter de rouler en Lamera quand on a goûté à la discipline…

Finalement dans notre auto de pointe nous pensons avoir besoin d’aide de la part de nos lecteurs les plus jeunes car nous allons nous retrouver avec un équipage “biberon” à peine en age de conduire et donc la somme de l’age des 2 “jeunes” sera inférieure à l’age (pourtant fort raisonnable) de notre pilote de base, Nicolas Oliveira.

Nous avons en effet le plaisir de vous annoncer que les JJ (Joffrey et Jérémy) vont à nouveau défendre les couleurs de H-Racing (surtout le bleu d’ailleurs) et nous avons tous envie d’effacer la frustration de Magny-Cours ou notre rythme nous permettait de viser la plus haute marche du podium jusqu’à ce que cette maudite roue…..BREF.

Nous avons essayé de nous préparer au mieux a cette “jeune” invasion, tout le monde écoute Jul et Rihanna, nous essayons de ponctuer nos phrases de “wesh gros” (sans succès d’ailleurs) et nous avons troué tous les pantalons que nous avons trouvé pour ne pas trop être décalés par rapport à notre classe biberon….supersonique.

A très vite…

La roue de l’infortune

Bonjour à tous,

Ce weekend s’est déroulé sur le circuit de Magny-Cours la course d’ouverture de la saison 2017 de Lamera Cup.

Comme en Lamera nous ne faisons pas les choses à moitié nous avons débuté cette saison par une course de 24H, ce qui a mis à rude épreuve les autos et les équipes.

Notre équipe se compose toujours de nos 2 autos, la 12 et la 31 et nous avons été rejoints sur cette épreuve par un équipage de Gentlemen dans la 23 que nous avons loué pour l’occasion.

Dans la 12 l’équipage de pointe qui vise le titre est composé de Nicolas Oliveira qui a été rejoint cette saison par Joffrey Dorchy qui fera la saison avec nous, pour cette course nous avons été encore renforcés par Jérémy Sarhy qui avait fait forte impression l’an dernier dans notre équipage Gentlemen. Finalement nous avons aussi enregistré la venue de Frédéric Mallon qui a souhaité rouler avec un équipage ultra compétitif cette année.

La 31 est conduite par un habitué, Julien Froment qui court chez nous depuis nos débuts en 2014, il a été rejoint par une famille de montiliens ou un père souhaite faire partager une saison de course avec ses enfants.

De son coté la 23 permettra à Christophe Héliou, la famille Poilpre et le très rapide Renaldo Da Cuhna de faire leur 2° course de Lamera après des débuts compliqués à Dijon l’an dernier.

Les essais libres se passent correctement, la 23 nous donne quelques soucis car nous l’avons reçu la veille et elle n’a pas pu bénéficier du travail de préparation et de fiabilisation qui permet à la 12 et à la 31 de rouler sans problèmes.

La météo qui va jouer un rôle très important ce weekend commence rapidement a faire des siennes, la piste est très sale, grasse, les pilotes qui sortent dans l’herbe ramènent de la boue et parfois on se croirait au trophée Andros, pour un budget 10X moindre et pour une temps de roulage 50X supérieur tout de même….

La séance de qualifications nous permet de mettre la 12 en 4° position, la 23 rate de peu le top 10 en se classant 11° et la 31 prend une sage 16° place, les autos sont très dures à conduire et la météo changeante ne facilite pas le choix des réglages pour la course car une fois partis il sera compliqué de modifier les réglages du châssis sans perdre beaucoup de temps.

Soudain alors que nous devons aller sur le grille le démarreur de la 12 ne fonctionne plus, encore un coup du sort sur une pièce que nous ne pouvons pas maîtriser.

Nous devons pousser l’auto pour la faire démarrer et nous partirons derniers !!!

Le début de course se passe sans encombres, au bout de 3 heures la 12 à refait ses 30 secondes de retard et pointe son nez en 4° place, la 23 occupe la 1° place en catégorie gentlemen et la 31 se place sur le podium gentlemen.

La nuit tombe, un orage quasi tropical alors qu’il fait à peine 4 degrés vient inonder la piste, les pilotes nous disent qu’il ne s’agit pas de piloter ni même de conduire mais juste de rester sur la piste, nous profitons du durcissement des conditions et des erreurs des autres pilotes pour prendre la tète avec la 12, la 23 est toujours en tête de sa catégorie, la 31 à commis quelques pirouettes et pointe à la 4° place des gentlemen ce qui reste très encourageant pour la suite car les accidents et incidents se poursuivent sur les autres autos.

La 12 se bagarre avec la 67 dans laquelle Wilfried Mérafina fait un relais en mode “cerveau débranché” ce qui lui permet, au prix de risques très importants, de remonter sur nous, il nous passe au moment ou la 32 tape dans la 26 qui part en tête à queue dans un mur, la roue arrière de la 26 casse sur le coup, elle traverse la route, Wilfried parvient à l’éviter de justesse mais Joffrey qui arrive dans la 12 juste 10 mètres derrière la prend en plein centre du capot.

Il rentre, pare choc avant coupé en 2, capot disparu, rampe de phares leds disparue…

Nos mécaniciens font un travail exceptionnel en permettant à l’auto de repartir avec un pare choc neuf, un capot neuf qu’il faut percer pour qu’il rentre dans les fixations et une vérification complète du train avant, le tout en 14 minutes….

Nous avons perdu 6 tours dans la bataille et nous pestons contre cette maudite roue qui nous cause tant de malheur, à 2 secondes près, dans un sens ou dans l’autre ça passait avec une grosse frayeur, mais non, il a fallu que ça tombe pile au milieu de notre auto….

La nuit se termine, la 23 connait quelques problèmes et quelques touchettes mais reste en tête de sa catégorie, la 31 est toujours à l’affût et tourne comme une horloge, les pilotes sont très raisonnables et ne font pas d’erreur et quand le petit matin arrive nous décidons de lancer la 12 à l’attaque, il ne pleut plus depuis 4 heures du matin mais la piste de sèche pas, le matin va un peu améliorer les choses et soudain la 12 commence sa remontée.

4 tours de retard, puis 3, puis 2, puis nous revenons dans le même tour que la 67 qui a passé la nuit à se bagarrer avec la 1 qui prendra un tour de pénalité.

Le petit matin est souvent la période la plus dangereuse, les pilotes pensent, à tort, que le plus dur est fait, relâchent leur attention et c’est à ce moment que les sorties de piste sont les plus fréquentes.

La 23 est heurtée par un attardé qu’elle double, un des pilotes fait une petite erreur et visite un bac à graviers, nous perdons toute notre avance pour nettoyer et quand nous repartons un nouvel attardé provoqué une cassure dans la carrosserie latérale gauche, nous réparons comme nous pouvons et la voiture ressemble de plus en plus à Albator.

Le vent qui s’engouffre dans le pare choc latéral rentre dans l’habitacle et arrache la porte conducteur., les commissaires de piste nous la ramènent, nous la fixons avec du scotch et faisons rentrer le pilote par le coté passager, il repart mais au bout de 45 minutes la porte s’arrache à nouveau et l’équipage décide de ne pas repartir, un fin décevante alors que jusqu’au petit matin l’auto était en tête de sa catégorie…

La 31 connait aussi une fin malheureuse, un des pilotes loupe son freinage, vient taper dans la 38 qui venait de la doubler et qui n’avait rien demandé, la 38 repart mais la 31 à une fixation de chape endommagée et nous ne pouvons pas la réparer, nous remontons le tout avec un bricolage ingénieux qui permettra à l’auto de passer la ligne et de prendre des points bien mérités.

De leur coté les pilotes de la 12 produisent un effort incroyable et remontent vers la tête de la course ou la 67 modifie sa stratégie en refaisant rouler leur pilote de pointe alias “Wil le coyote” qui parvient à maintenir l’écart avec nous, il fera plus de 8 heures dans l’auto ce qui est la limite permise par le règlement.

Nous allons nous lancer dans une bagarre insensée pendant 1 heure pour le record de la piste, la 1 le bat plusieurs fois, nous le rebattons à chaque fois, la 38 vient essayer de le faire mais se fait éjecter de cette lutte sans ménagement, nous revenons à 20 secondes de la 67 quand soudain nous écopons d’un drive through pour être sorti des limites de la piste en essayer d’aller gratter les derniers millièmes de seconde…en plus de cela ils annulent notre tour et nous privent d’un record tu tour que nous avons tenu toute la nuit et une bonne partie du matin, double peine…..

La course se terminera sans plus de péripéties, la pénalité nous à fait retomber à 2 minutes de la 67, nous remontons à 1 minute 30 et espérons qu’un safety car viendrait mettre un peu de folie dans cette fin de course, bien sur les pilotes de la 67 ont sorti l’eau bénite, les gousses d’ail et sacrifient des poulets dans leur stand pour que le safety car ne sorte pas car ils ont peur de notre rush final.

Leurs prières sont exaucées et ils passent la ligne en vainqueurs, nous finissons à 1m32 en ayant perdu 14 minutes pour une réparation causée par une roue vagabonde…..

En tout état de cause nous sommes très satisfaits de la fiabilité de nos autos, après avoir passé du temps dans les essais libres sur la 23 nous avons pu la fiabiliser et toutes nos autos ont eu un comportement irréprochable, ce qui est encourageant pour la suite et ce qui doit inquiéter nos camarades car il n’y aura pas toujours la roue de l’infortune pour nous priver d’une victoire méritée.

Un grand merci aux pilotes qui nous ont fait confiance quand nous leur disions pendant l’hiver que nos autos auraient une fiabilité en béton, un énorme merci à notre équipe de mécaniciens de chocs qui entre 2 photos de canards ont fait un travail incroyable, zéro faute, zéro problème, on gagnera très rapidement tous ensemble.

Il nous reste 6 semaines avant la prochaine course à Spa, nous allons redoubler d’efforts pour que nos autos soient encore plus performantes et nous vous donnons rendez-vous sur un des plus beaux circuits du monde, en espérant que la roue tournera……dans l’autre sens.

Bonne journée à tous.

Plus on est de fous

Bonjour à tous,

C’est la dernière ligne droite, le sprint final, le calme avant la tempête….

En bref nous sommes dans les derniers préparatifs avant l’ouverture de la saison de Lamera 2017 sur le circuit de Magny-Cours.

Et comme en Lamera nous ne faisons pas les choses à moitié (ni même au quart…) nous commencerons le championnat par une course de 24H…

Et comme chez H-Racing nous aimons partager notre passion nous aurons une 3° auto pour cette course.

Nous avons en effet été contactés par un équipage de pilotes qui se sont retrouvés coincés quand l’auto qu’ils voulaient louer à été confiée à d’autres.

Quelques coups de téléphone, quelques heures de calculs logistiques, 2 mécaniciens de plus à trouver, des pièces détachées et hop, nous voila embarqués dans une nouvelle aventure.

La 23 fera donc son grand début chez H-Racing avec un équipage composé de la famille Poilpre, de Christophe Héliou et d’une renfort de poids en la personne de Renaldo Da Cunha qui encadrera cette équipe de Gentlemen

Pendant ce temps la nous bichonnons nos 2 autos “‘saison”, la 12 et la 31 reçoivent leur nouvelle décoration, le chrome va faire son grand retour sur les pistes de la Lamera Cup, mais avec des variations….patience, le tout vous sera dévoilé vendredi.

Les derniers détails techniques sont réglés, les nouvelles batteries au lithium sont installées, les carrosseries sont ajustées, les sièges changés et les freins purgés, les autos n’attendent qu’un feu vert pour s’élancer.

Les pilotes sont prêts, les autos également, il ne nous reste qu’a aller nous mesurer à nos camarades en espérant que notre travail hivernal portera ses fruits.

Rendez-vous ce week end entre Nevers et Moulins pour notre 2° course de 24H.

Bonne journée à tous.

The final countdown

Bonjour à tous,

Le titre et la photo qui l’accompagne reverront certainement une partie d’entre vous dans un temps ou le hard rock et la permanente bouclée allaient de pair avec des pantalons en lycra…le tout pour hommes bien évidemment.

Mais nous allons juste utiliser le titre de ce monument du rock kitsch pour nous rendre compte que nous sommes bel et bien dans le compte à rebours final avant le début de la saison de Lamera.

Ce weekend nous avons donc sorti pour la première fois de l’année nos 2 autos, le châssis réparé de la 31 ayant été finalement récupéré à la fin Février, il a été sablé, puis repeint, puis remonté avec quelques petits ajustements nécessaires car les trous ne tombaient pas toujours exactement en face des trous…

De son coté la 12 après un roulage à Nogaro a reçu un nouveau démarreur qui nous causait certains problèmes mais qui entretenait le potentiel sportif de l’équipe quand il faut pousser l’auto pour la faire redémarrer après un ravitaillement.

Après un détour par le banc d’essai moteur pour le controle d’avant saison et l’installation d’une nouvelle cartographie moteur qui devrait fiabiliser encore plus les autos nous nous sommes donc rendus sur le circuit de Magny-Cours ou se déroulera la manche d’ouverture de la saison 2017 dans maintenant 10 jours.

Les 2 autos ont fait une bonne matinée, les pilotes Gentlemen ont été rejoints par le dernier membre de leur équipage et ils ont pu passer plusieurs relais chacun pour s’habituer au tracé sur lequel ils vont courir dans 10 jours et surtout pour commencer à évoluer dans du trafic ce qui n’avait pas été le cas lors du roulage précédent puisque la piste de Alès nous était réservée en exclusivité.

Les tours s’enchaînent, les premières chaleurs quand on se fait dépasser par une Porsche GT3 CUP sont rapidement assimilées et tout le monde profite du coaching fourni par nos pilotes de pointe.

Frédéric Mallon nous a rejoint pour cette journée, il accompagnera Nicolas Oliveira, Joffrey Dorchy et Jérémy Sarhy pour la course de Magny, cet équipage homogène et performant nous permet d’être optimistes quand au résultat final.

Frédéric est donc le premier en piste dans la 12, fidèle à son habitude il attaque immédiatement une série de tours rapides puis va essayer de transmettre quelques conseils à nos Gentlemen depuis le siège passager de la 12.

Pendant ce temps Nicolas Oliveira montre les trajectoires qu’il utilise depuis le baquet de la 31.

De son coté Joffrey Dorchy a profité de l’occasion pour se faire offrir un baptême en hélicoptère avec sa fiancée et ils nous reviennent une heure plus tard fort satisfaits de leur périple.

La pause de midi arrive, nous révisons les autos qui n’ont pas souffert de la matinée, une cosse de démarreur mal attachée sur la 31, du jeu dans la biellette de boite sur la 12, un léger nettoyage sur nos autos qui arborent des décorations “en test” et nous voila repartis.

Soudain la 31 ne passe plus, elle finit par revenir mais sa trajectoire en crabe nous fait tout de suite penser à une transmission cassée, la peinture très claire du châssis nous permet de détecter une fuite de graisse très facilement mais lorsque nous soulevons le capot il n’y a aucune trace…bizarre.

Nous changeons les 2 transmissions, rien de mieux, nous contrôlons l’arbre et réalisons qu’il a un jeu anormal, le diagnostic initial sera une casse du différentiel.

Bien sur c’est rageant d’avoir une casse de différentiel alors que la boite sort de révision et que c’est lors du premier roulage après à peine 2h que la pièce casse, mais d’un autre coté nous avons de la chance d’effectuer cette journée de roulage pour casser cette maudite pièce maintenant et pas pendant la course.

La journée se poursuit uniquement dans la 12, les pilotes se succèdent, les “pros” et les “amateurs” améliorent leurs chronos respectifs et nous finissons la journée avec une série de tours TRES rapides qui nous font découvrir une nouvelle direction de réglage qui à l’air de donner de très bons résultats.

Nos pilotes repartent en fin de journée, certains par les airs, d’autres par le rail ou par la route et nous finissons de charger lorsque les champions en titre, à savoir CTF, arrivent sur le circuit pour rouler le lendemain avec la 4 et la 27.

Ils se moquent gentiment de nos décorations fort basiques jusqu’au moment ou ils descendent leur autos et la moquerie change de camp, le tout dans un très bon esprit.

Nous arrivons à l’atelier au milieu de la nuit avec une liste de petites choses à faire pour être dans les meilleures conditions possibles dans 10 jours, le compte à rebours final à bien commencé.

Bonne journée à tous.

 

PNC AUX PORTES

Bonjour à tous et bienvenue à bord de H-Racing pour 2017.

L’embarquement étant terminé et le vol étant plein nous vous remercions de vous installer et d’attacher votre ceinture de sécurité, sans oublier le Hans.

Nous sommes ravis de vous dévoiler nos équipages pour ce début de saison 2017.

Dans la 12 notre équipage Gentlemen sera mené par Julien Froment qui devient un habitué puisque cela fait maintenant 3 ans qu’il roule avec nous dans les bons moments et les moments plus intenses comme le premier relais sous la pluie à Monza ou nous nous sommes fait des politesses pour savoir qui irait en premier se mesurer à l’aquarium italien….

Il sera rejoint par une famille de Gentlemen, un père et ses 2 enfants souhaitant partager des moments forts en course en famille et nous plaçons de grands espoirs au classement général Gentlemen pour cet équipage.

Dans la voiture de pointe nous avons le plaisir de vous confirmer la composition de l’équipage qui démarrera la saison à Magny-Cours.

En plus des habituels pilotes H-Racing à savoir Nicolas Oliveira et Joffrey Dorchy nous avons la joie de vous confirmer que nous aurons le plaisir d’accueillir à Magny-Cours 2 pilotes très rapides et fiables qui vont compléter à merveille notre équipage déjà très prometteur.

Frédéric Mallon est un pilote expérimenté en Lamera, il roule depuis plusieurs années dans diverses voitures et à participé à la saison 2016 dans la 38 qui nous à causé tant de soucis au Castellet, heureusement ce n’était pas lui au volant et une des nombreuses qualités de Frédéric est qu’il ramène l’auto sans dégâts tout en tenant un rythme très performant.

Il a eu une carrière prometteuse en Rallye mais rapidement les budgets demandés ont freiné son ascension et avec la Lamera et son rapport “roulage/prix” imbattable il revient de plus belle pour nous faire profiter de sa pointe de vitesse et de sa fiabilité.

Souvent les pilotes qui font une première course chez H-Racing sont un peu surpris par notre petite structure qui n’est pas aussi impressionnante que celles des autres équipes.

Mais une fois cet effet de surprise, la convivialité qui règne chez nous et surtout la qualité de la préparation de nos autos font que ce manque de “bling-bling” est rapidement oublié et ils se sentent tout à fait bien chez nous et souhaitent revenir rapidement.

Nous avons donc la joie de vous confirmer que Jérémy Sarhy fera son retour chez H-Racing après un premier essai l’an dernier sur la course de Magny-Cours.

Jérémy à remporté la Clio Cup Junior en 2016, il souhaite donc poursuivre son programme Clio en 2017 mais il a quand même travaillé avec son entourage pour trouver le budget nécessaire pour faire au moins la course de 24H.

Nous travaillons avec Jérémy et sa famille pour organiser des opérations qui nous permettraient de dégager plus de budget pour qu’il fasse plus de courses avec nous en 2017, si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet contactez-nous.

Maintenant que la partie pilote est complète, nous allons finaliser la partie mécanique, les 2 autos sont en phase ultime de remontage et nous serons prêts pour aller rouler à Magny le 18/03 prochain pour une séance d’essais grandeur nature avant la course.

 

Bonne journée à tous

 

 

La chrysalide

Bonjour à tous,

Après une période de mutation à l’intérieur du cocon, la chenille finit par se transformer en papillon, l’étape intermédiaire est la chrysalide, plus tout à fait chenille mais pas encore papillon.

Nos autos sont toutes les 2 dans ce stade intermédiaire, plus tout à fait dans la configuration 2016 mais pas encore finalisées pour 2017.

Mais entrons dans le vif du sujet, la 31 est finalement revenue de chez TTM après un mois de délai supplémentaire qui nous à causé bien des soucis.

Pour réparer il faut d’abord couper la partie abîmée lors de l’accident du Castellet, ce qui fait un peu mal aux yeux mais il faut en passer par la….


Puis, une fois la partie manquante réinstallée il nous faut ramener le tout vers ces cieux plus cléments, la ou le soleil brille plus souvent que chez ces pauvres parisiens…

Une fois revenus dans notre belle région il faut déposer notre châssis bicolore chez l’artiste peintre qui va recouvrir le tout de 2 belles couche de résine époxy cuite au four, thermostat 7 pendant 3 heures avec des petits légumes.

Une fois le châssis totalement décapé, peint et cuit “al dente” le résultat est bluffant….

Et ensuite il ne reste plus qu’a ramener le tout dans notre atelier pour un remontage qui va nous permettre de démarrer la saison avec un châssis neuf, moteur révisé (qui en avait bien besoin d’ailleurs), boite révisée, carrosserie décorée (un peu de patience….) et des pilotes affûtés.

Un avis amical à la concurrence, nous n’avons jamais été aussi bien préparés que cette année 🙂

De son coté la 12 en est à son 2° roulage depuis le début de l’année, nous étions à Nogaro Lundi dernier pour faire découvrir la Lamera a 4 nouveaux clients, la journée leur a permis de rouler sans problème pendant 7 heures et les temps réalisés ont été fort encourageants puisqu’ils ont tous fini par rouler plus d’une seconde plus vite que ce qu’a réalisé l’auto sur la course de Nogaro en 2016.

Des clients enchantés, une voiture fiable qui fonctionne sans accroc, que demander de plus ?

Bonne journée à tous.

Objectif titre !!!

Bonjour à tous,

Suite à notre dernier article mystérieux nous sommes très heureux de pouvoir vous dévoiler l’identité du pilote de pointe qui nous rejoint pour la saison 2017 dans notre chasse au titre.

Nous cherchions, pour remplacer Philippe Marie qui est parti faire du GT4, un pilote rapide, fiable et connaissant déjà la discipline car la saison 2017 commence par les 24H de Magny-Cours qui aura une importance cruciale suite à la modification du barème de points qui va attribuer les points en fonction de la durée des courses.

Bien sur de telles qualités ne se trouvent pas facilement et tout le monde souhaite avoir dans son écurie un pilote réunissant ces qualités.

Ceux qui ont suivi la saison 2016 avec nous se sont rendus compte de l’amélioration spectaculaire des performances de la Lamera 29 de Force Motorsports.

En effet dès le début de saison cette Lamera à mis a son tableau de chasse plusieurs meilleurs tours en course et des premiers relais souvent bluffants.

Joffrey Dorchy (puisque c’est de lui dont il s’agit) a été fortement sollicité par d’autres équipages dès qu’il a été clair qu’il ne roulerait plus dans la 29 en 2017.

Nous sommes très satisfaits qu’en ayant toutes ces propositions Joffrey ait choisi H-Racing pour venir épauler notre équipage de pointe.

Joffrey est issu d’une famille de passionnés, son père détient toujours le record du monde de vitesse sur circuit en ayant atteint 405km/h au Mans dans une WM.

De son coté Joffrey a fait ses débuts en kart avec une 3° et une 4° place au championnat de France puis en ayant remporté le titre junior en Clio Cup en 2012, comme un certain Jérémy Sarhy qui a roulé avec nous à Magny-Cours l’an dernier l’a fait en 2016.

La victoire en Lamera lui a échappé de fort peu lors de la course du Val de Vienne après une course exemplaire et une super pole qui a confirmé son talent.

Nous sommes certains que cette année cette injustice sera réparée et que Joffrey connaîtra
enfin les joies de la victoire avec nous.

Cela prouve que le travail de H-Racing, sur la piste et à l’atelier, est reconnu par les pilotes et nous allons tout mettre en oeuvre pour que la confiance que nous accorde un pilote aussi prometteur que Joffrey débouche sur un titre en 2017.

Nous avons encore des surprises à vous dévoiler sur les préparations de la saison 2017, mais chaque chose en son temps.

Pour le moment nous désirons juste souhaiter la bienvenue à Joffrey chez H-Racing.

Bonne journée à tous.

« Older Entries Recent Entries »