L’exorciste

Bonjour à tous,

Le weekend dernier s’est tenu sur le magnifique circuit du Castellet la 4° manche de la Lamera Cup 2017.

Nous avons eu le plaisir d’avoir une 3° auto en exploitation ce weekend puisque la famille Autajon a souhaité rouler à 3 et nous avons composé un 2° équipage Gentlemen dans la 23 avec Julien Froment, Damien Marlois et Jerome Rebilly qui nous a rejoint après sa très belle performance de Nogaro pour ses grands débuts en Lamera ET sur circuit.

Pour ce weekend de fête nationale nous avons opté pour une décoration tricolore du plus bel effet.

De son coté la 12 a conservé le même équipage qu’a Nogaro à savoir Nicolas Oliveira, Joffrey Dorchy et Frédéric Mallon.

Nous avons pu participer à une séance d’essais le vendredi soir qui nous a permis de valider les réparations faites après Nogaro sur la 12, ce maudit faisceau électrique a enfin cessé de faire des siennes et l’auto fonctionne correctement.

La 31 et la 23 enchaînent les tours sans problème, les pilotes découvrent ou redécouvrent le circuit.

La session se termine à 1900 le vendredi soir, Jérome qui est un peu souffrant va se reposer et les autres pilotes se retrouvent tous chez Nicolas pour une soirée pétanque-ping pong-rosé ou des sujets de conversation aussi sérieux que le nombre de glaçons idéal dans le verre de rosé ou la composition de la pizza 4 fromages sont abordés.

Le samedi matin les essais libres se passent sans encombres, ils sont suivis par les qualifs ou la 12 va une fois de plus démontrer sa pointe de vitesse en réalisant les 2 pôles disponibles.

Dans la 31 Robin rate sa session car il ne peut s’extraire du trafic fort dense, pas moins de 33 Lamera sont présentes. Gérard réalise un bon temps mais comme c’est le cumul des temps qui décide de l”ordre de départ la 31 partira finalement 22°.

De son coté la 23 avance sans faire de bruit et réalise une très belle 16° place, Damien a franchi un palier et roule très vite, Julien fait sa session en toute sûreté et leur résultat récompense leur sérieux.

Le mauvais sort nous frappe encore car en purgeant les freins de la 12 avant le départ nos mécaniciens détectent une panne de pompe de freins, le temps de la changer nous ne pourrons pas être à temps sur la grille.

Alors que nous avons fait la pole nous devrons partir derniers de la voie des stands en compagnie de 4 autres autos, les délais entre la fin des vérification techniques qui suivent les essais et la clôture de la procédure de départ 15 minutes avant le départ semblent trop courts, pas seulement pour nous…

Le départ est donné, la 12 commence sa remontée et la 31 commence sa descente aux enfers, des problèmes télémétriques et des erreurs de notre part vont la faire s’arrêter 2 fois en début de course.

La 23 fait un début de course sage, partie 16° elle remonte jusqu’à la 10° place à la fin du premier relais puis se stabilise autour de la 14° place, ce qui lui assure le podium en catégorie Gent mais à la mi course Julien est victime d’un contact qui casse le pare choc arrière, celui ci s’arrache avec le vent et la direction de course nous force à rentrer car il est interdit de rouler avec un élément de carrosserie manquant, à garder en mémoire pour la suite….

Au bout d’une heure et demie de course la 12 qui a effectué une splendide remontée passe en tête, rien ne semble pouvoir nous arrêter, l’auto fonctionne bien, les pilotes ne font pas de faute et même quand les autres équipes ont leur meilleur pilote en piste ils ne peuvent que se maintenir, et dès que les pilotes moins véloces prennent les commandes de la 1 ou la 38 ou la 67, notre équipage homogène creuse un peu plus l’écart.

Nous commençons a entrevoir la victoire loriquet soudain à 1h30 de la fin de course nous voyons l’auto s’arrêter en bord de piste avec un énorme panache de fumée, nous attendons anxieusement le retour de l’auto sur la dépanneuse, à noter que contrairement à Spa ou certaines équipes avaient eu le manque de classe d’applaudir lorsque notre auto été rentrée suite à la perte de contrôle d’un attardé, cette fois personne n’a de comportement déplacé à notre égard et nos voisins belges de chez MRCP avec qui nous nous entendons très bien viennent nous proposer leur aide….

Il se trouve que c’est l’ailette de turbo d’échappement qui est tout simplement partie, elle n’est plus la, ni dans le turbo, ni dans l’échappement, elle est partie sur la piste en passant par l’échappement qui est pourtant tortueux….

Rien à faire, nous devons remplacer le turbo en espérant que le moteur n’aura pas souffert, mais vu qu’il démarre et tourne correctement nous sommes optimistes même si nous devons sortir le moteur et la boite car l’embrayage colle et nous pose de plus en plus de problèmes.

La course se termine avec la 23 en 20° place, la 31 29° et la 12 30°, quelle désillusion pour l’ensemble de l’équipe et des pilotes….

Nous apprendrons après la course que la 38 qui a remporté la manche a fait la course avec le fond plat coté passager arraché et bien qu’elle ait gagné la course, et a donc été contrôlée, le manque d’un élément aussi important que le fond plat (le plancher) passager n’a pas été sanctionné par les commissaires techniques et la direction de course, on ne peut que se demander ce qui se serait passé si un des pilotes de la 38 avait pris un caillou qui remonte de la piste à 220.

On nous a forcé a rentrer avec un pare choc arrière en train de se détacher sur la 23 ce qui est normal puisque c’est dans le règlement mais il ne s’est rien passé pour la 38 avec une auto sans plancher…

Mais bien sur quand ça va mal, ça peut toujours aller encore plus mal.

Nous allons aborder un peu de politique interne au championnat, certaines équipes qui sont engagées avec la même équipe technique dans plusieurs championnat se plaignent depuis pas mal de temps que les mécaniciens sont forcés de trop travailler pour réparer les autos le samedi soir.

Ce raisonnement peut sembler être justifié, après tout personne ne demande aux mécaniciens de se coucher parfois au milieu de la nuit pour le plaisir, mais nous ne devons pas oublier que les clients qui payent pour rouler en Lamera payent pour ROULER, et donc les autos doivent être prêtes le dimanche matin.

Après des séances intenses de lobbying téléphonique auprès de TTM ils ont finalement obtenu que les équipes n’aient le droit de travailler uniquement 1h45 le soir avant de mettre les autos en parc fermé pour la nuit, nous nous sommes opposés à ce nouveau règlement qui a fait son apparition en milieu de saison en vain…

Ayant eu un turbo a remplacer sur la 12 en plus de l’entretien des 2 autres autos le délai de 1h45 nous semble très court car la pénalité si on dépasse le temps imparti est de 10 tours (à titre d’exemple si on casse la voiture d’un autre concurrent la pénalité est de DEUX tours…..), les pilotes de la 12 sont furieux et nous confirment que partir avec 10 tours de retard ne présent aucun intérêt et ne souhaitent pas rouler le dimanche dans ces conditions.

TTM organise une réunion entre propriétaires d’écurie, il se trouve que nous ne sommes pas les seuls à avoir un problème de timing et nous parvenons à une solution de compromis ou les mécanos vont s’arrêter de travailler à 2045 pour profiter de la soirée que TTM à organisé pour eux avec des animations de fête foraine et une compétition amicale entre équipes de pilotes et équipes de mécanos au sumo gonflable et autres jeux en plein air installés sur le paddock du castellet.

Ils pourront reprendre le travail à 2230 jusqu’à 0100 ce qui nous permettra de sortir l’ensemble moteur+boite de la 12, de décoller cet embrayage et de remonter le tout.

Cette décision est prise à 2020 A L’UNANIMITE, nous informons donc nos mécanos qu’ils ont 25 minutes pour commencer le démontage du moteur, il nous faut vidanger le liquide de refroidissement, débrancher les durites de dépression turbo, enlever le faux châssis arrière qui tient l’échappement (que nous venons de finir de remonter….), les mécanos se mettent immédiatement au travail et en 17 minutes font un travail exceptionnel qui permet de tout enlever en un laps de temps très court.

Tout va bien…..SAUF QUE….2 équipes ont profité du fait que nous sommes tous repartis travailler pour aller dire à l’organisateur que finalement ils avaient changé d’avis alors qu’ils ont donné leur accord devant tout le monde 10 minutes plus tôt !!!!

L’organisateur vient donc nous voir pour nous informer que nous devons tout remonter en 30 minutes avant de mettre les autos en parc fermé avec un embrayage qui colle et en faisant remonter aux mécanos ce qu’ils viennent de démonter après l’avoir remonté suite au premier démontage !!!! Les préoccupations de certains sur le bien être des mécaniciens sont vraiment difficiles à comprendre.

Autant vous dire que la cote de popularité de ces 2 personnes ayant bafoué leur parole moins de 10 minutes après l’avoir donné devant tout le monde n’est pas au plus haut, certains iront même leur dire de vive voix tout le bien qu’ils pensent de leur sens de l’honneur, après tout même si l’esprit compétitif est de mise cela ne reste jamais qu’une formule monotype et pas les 24H du Mans ou de la F1….

De notre coté nous n’irons même pas discuter avec des gens se reniant aussi vite, il était tellement plus facile de dire non quand nous étions tous ensemble mais ils n’ont pas voulu assumer leur décision en public et sont allés pleurnicher auprès de l’organisateur….que dire de plus ?

A grand coups de jurons que nous ne répéterons pas ici nos mécanos remontent le tout et vont à “la fête” organisée si gentiment par TTM, personne n’ayant bien sur l’esprit à la fête tout cela se termine assez rapidement, nos mécanos préfèrent se coucher au milieu de la nuit si c’est nécessaire que de jouer en sachant que les autos ne sont pas prêtes pour le lendemain…

Le lendemain matin le départ de la course se passe sans grand souci, malheureusement au bout de quelques tours la 31 rentre avec une transmission cassée, nous examinons le châssis et voyons que la chape qui tient la boite de vitesse à été arrachée, Robin n’a pu éviter un vibreur à Signes et nous devons démonter, couper, ressouder avant de repartir, nos amis belges de chez MRCP viendront nous aider a souder et nous leur devons un grand merci, l’auto pourra repartir 2h30 plus tard.

La 23 fait un beau début de course en partant de la 23° place elle navigue entre la 15° et la 18° place qui la met une fois de plus sur le podium en Gentlemen.

Les autos de pointe ont pour habitude de monter des pneus neufs le dimanche, ce qui est TRES efficace…..pendant 10 tours environ, nos pilotes préfèrent ne pas mettre ce genre de budget (800 euros HT) au feu aussi vite et repartent avec les pneus de la veille (il faut savoir qu’en Lamera on fait une course de 24H avec un seul train de pneus…), dans le premier relais la 12 perd donc 15 secondes sur les autos de pointe et gère tranquillement cet écart pour finir la manche du matin à une 3° place qui lui permet de repartir à 1400 en 2° ligne.

Les excités sont de sortie pour le départ de l’après midi, la 33 et la 1 se mettent des coups de portière pendant 3 virages puis finissent par se toucher en envoyant la 33 en pirouette, Fred qui est dans la 12 à 20m des génies qui confondent endurance et sprint ne peut les éviter qu’en prenant un extérieur hasardeux qui le fait rouler sur des bavettes en plastique qui vont casser le pare choc avant, déformer le faux châssis qui maintient le radiateur en place et arracher une bonne partie des pavés de gomme de notre pneu avant gauche.

Nous devrons nous arrêter 2 fois pour réparer tout ça et scotcher autant que possible le pare choc avant pour ne pas avoir de problème avec la direction de course au sujet des éléments de carrosserie qui manquent…

Une fois de plus la 12 est victime de cette malchance qui nous colle à la peau et qui fait que même quand ce sont les autres qui font des erreurs, cela nous retombe dessus à la fin.

Pour clôturer un weekend vraiment pourri la 23 cassera une transmission alors qu’elle était en tête de la catégorie Gentleman et finira a une bien triste 17° place, derrière la 12 qui se classera 15° et loin devant la pauvre 31 qui après avoir perdu 2h30 le matin arrivera tout de même à ne pas être dernière.

La 1 sera déclassée après l’arrivée pour une hauteur non conforme, d’autres autos sont également en défaut par rapport au règlement technique notamment sur des tailles d’ouverture d’écope de radiateur mais la direction de course préférera ne pas s’en préoccuper cette fois.

Inutile de vous dire que toute l’équipe H-Racing est très déçue de ce weekend, les mécanos n’ont pas pu travailler comme ils le souhaitaient, les pilotes ont payé cash pour chaque petite erreur alors que certains autres ont eu plus de chance que nous et la mécanique nous a trahi sur des pièces électroniques sur lesquelles nous ne pouvons pas intervenir.

Nous cherchons donc activement un exorciste, une marabout, un magnétiseur, un gourou, un vaudou, un enchanteur…en bref tout ce qui pourrait nous débarrasser de cette maudite malchance qui fait qu’en ayant la voiture la plus rapide du paddock et l’équipage le plus fiable nous ne sommes pas payés de nos efforts….

Le break estival va nous permettre de nous calmer car la tension nerveuse est un peu haute chez nous en ce moment, nous allons améliorer nos procédures à l’atelier et en course pour essayer de minimiser au maximum des zones d’incertitudes et nous nous retrouverons au val de vienne début septembre.

Bonnes vacances à tous et à très vite…